Céline ET TAQY rend le mariage écofriendly !

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrez le parcours de Céline ET TAQY, co-fondatrice de Mariez-Vous ! L’application mobile qui permet aux fiancés et mariés d’acheter et vendre leurs articles de mariage de seconde main et qui met en avant les artisans du mariage passionnés et écosensibles.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? 

Bonjour, je m’appelle Céline ET TAQY et je suis co-fondatrice de l’application Mariez-Vous ! 

Quel est le concept de votre entreprise ? 

J’ai créé Mariez-Vous ! avec mon mari, et nous avons lancé une application mobile d’achat-revente d’articles de mariage de seconde main entre fiancés et mariés incluant un annuaire de prestataires de qualité à tendance éco-responsable. 

Le but était de faire une marketplace exclusivement dédiée au mariage d’articles de seconde main pour acheter et revendre la déco, le mobilier mais également la tenue du jour J. Cela concerne tous les accessoires qui généralement ne sont utilisés que quelques heures, que cela soit un vase posé sur une table ou un peigne cheveux pour la mariée. Alors pourquoi ne pas revendre à une autre fiancée ou un autre couple fiancé pour célébrer un autre jour heureux. L’idée c’est de redonner vie aux objets !

Comment ça marche ?

Il faut publier une annonce, donner quelques informations au niveau de l’inscription, la date de mariage, les envies et après l’annonce est publiée avec 3 photos, un titre, un descriptif et le prix. C’est vraiment une mise en relation donc pour l’instant il n’y a pas encore le paiement et l’envoi à l’intérieur de l’application mais ça va venir, c’est en développement dans nos projets. 

En tant que fiancée, tu peux trouver tes articles de seconde main mais également des prestataires puisque c’est un autre volet dans notre application. Il y a un annuaire de prestataires de qualité. Les prestataires que l’on veut mettre en avant dans notre carnet d’adresses sont les petits prestataires (auto-entrepreneurs, créateurs, fondateurs,…) comme nous. On s’est rendu compte que ces prestataires manquaient de visibilité sur les grosses plateformes existantes donc on a voulu un annuaire à taille humaine pour qu’ils puissent échanger directement avec les fiancées.
Notre but : remettre l’humain au sein des échanges entre fiancés et prestataires.

Comment vous est venue l’idée de l’application ? 

C’est après notre mariage au moment où on s’est renseigné pour décorer, on a fait rapidement le calcul et c’était plus intéressant d’acheter et revendre derrière plutôt que de louer. C’était comme un retour sur investissement et surtout on pouvait personnaliser notre décoration selon notre thème de mariage.
On pouvait faire du Do It Yourself et en même temps avoir un mariage à notre image sauf qu’on n’avait pas pensé au après : comment revendre tout ça ? On a eu un super mariage et le lendemain du mariage, on a tout remis dans des petites boîtes, on a stocké chez nous, chez nos parents.
Ensuite, on s’est dit qu’il fallait revendre et on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de plateforme vraiment dédiée au mariage pour contacter les fiancés. Il y a en moyenne 230 000 mariages par an donc il y a des fiancés partout en France. J’ai dit à mon mari un soir « je crois qu’il faut créer quelque chose.
Une sorte de vinted du mariage ou le bon coin des mariés pour créer une plateforme de partage et d’échanges entre fiancés et mariés » et mon mari m’a dit que “c’est une super idée” et c’est parti comme ça. Sur un coup de tête on s’est dit on plaque tout, nos carrières, nos CDI etc. 

En tant que femme, quel freins ou difficultés avez-vous ressentis en entreprenant ?

J’ai entrepris en 2019 et c’est vraiment une reconversion professionnelle. Je ne suis pas du tout dans le monde du digital. J’ai 15 ans d’immobilier derrière moi. En découvrant le monde du digital qui est quand même un monde d’homme, il a fallu imposer ses idées pour pouvoir avoir une application girly à destination des femmes. 

A titre personnel, en tant que femme, j’ai eu des difficultés aussi de santé car à 26 ans, j’ai eu un cancer de la thyroïde et qui n’est toujours pas guéri et je ne serai jamais guérie. Je dois vivre avec. A 28 ans après 2 ans de traitement, on m’a dit « vous allez vivre avec toute votre vie ».
Au final cette annonce a été une force pour moi et il y a eu un avant maladie et un après forcément. J’ai eu envie de me donner des défis.
A 30 ans, je me suis inscrite pour faire un rallye dans le désert marocain en tant que pilote d’un 4×4 et c’était une expérience extraordinaire et magique. J’ai souvent un manque de confiance en moi et ça m’a permis de me dire « tu peux réussir » malgré tout, après des années de traitement et malgré un cancer, tu peux avancer. 

Etes-vous entourée de femme dans votre activité ? Pour vous, quelle est l’importance des femmes dans l’éco système entrepreneurial ?

Oui, pour nous c’était important de s’entourer de femmes notamment dans le choix de notre agence de développement qui code l’application. Notre cheffe de projet est une femme et c’est important d’avoir un regard féminin en plus des développeurs pour pouvoir créer un univers complet pour les femmes qui préparent leur mariage car ce sont les femmes qui préparent généralement leur mariage. 

Avez-vous des idées pour faciliter l’intégration et l’évolution des femmes entrepreneurs ?

C’est vrai que dans le digital, par exemple il y a 3 fois plus d’hommes qui travaillent que de femmes donc c’est important de croire aussi en ses rêves et s’il y a des femmes qui ont envie de se lancer dans le digital il y a beaucoup d’écoles maintenant qui favorisent l’intégration des femmes dans le parcours du numérique et c’est très important pour l’avenir puisque le numérique se développe de plus en plus. 

Quel conseil pouvez-vous donner aux femmes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat ?

Foncez, croyez en vos rêves et on n’a pas besoin d’avoir fait de longues études pour entreprendre. Ce n’est pas mon cas et je n’étais pas du tout issue du digital. C’est juste qu’il faut avancer et même si vous doutez, dans 6 mois, vous allez encore douter donc il faut se lancer, ne pas avoir peur et croire en ses rêves : “vivons nos rêves et ne rêvons pas nos vies” !

Plus de contenu

Vous voulez booster votre entreprise?

Rejoignez la famille ME93 et devenez membre d'un des meilleurs réseaux d'entrepreneurs.