Zoom Entrepreneur : Souheil et Joan rendent les crèches accessibles à tous les parents !

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Découvrez le parcours de Souheil Ben El Fekih et Joan Lelong fondateurs de Quelle Crèche : ils accompagnent les parents dans leur recherche de place en crèche grâce à leur comparateur en ligne !

Quel est votre concept ?

Souheil

Tout le monde le sait : trouver une place en crèche, c’est le parcours du combattant pour les parents. Quand on commence à faire ses démarches, on est vite perdu. Sur un internet on retrouve tout et en même temps rien, il y a beaucoup d’idées reçues et certains acteurs ne vont pas forcément prendre le temps de vous renseigner et de vous accompagner.

Donc nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire ! Nous avons une pédagogie et du coaching, deux éléments qui manquent au niveau des besoins des parents. 

Il faut savoir qu’il y a environ 6000 crèches privées en France dont 3500 qui sont toutes petites et indépendantes avec des moyens qui ne leur permettent pas de communiquer sur internet. Quand des parents recherchent une place en crèche, ils tombent directement sur de gros réseaux, qui  possèdent des moyens de communication beaucoup plus poussés. Alors que juste à côté de chez eux, ils existent sûrement une petite crèche, juste moins connue. 

Ces crèches-là n’ont pas de budget de communication et n’ont surtout pas le temps et la pédagogie pour expliquer aux parents leur fonctionnement, car leur métier ce n’est pas cela : c’est de garder des enfants. 

Comment votre site fonctionne-t-il pour les parents et pour les crèches ?

Quelle crèche est un site de mise en relation. Nous mettons en relation les crèches et les parents. Et entre eux deux, il y a une étape importante : l’échange avec un expert. 

Côté parents, ils peuvent trouver des places en crèches disponibles près de chez eux sur Quellecrèche.fr. Ensuite, s’ils sont intéressés, ils pourront comparer toutes les crèches de leur choix en se servant de notre comparateur puis demander à être appelé par un expert dans les 48 heures qui suivent.

Côté crèches, nous avons une interface pour qu’elles puissent directement inscrire leurs établissements, mettre des photos et des vidéos, afin d’avoir un profil sur notre site. Tout est automatisé, demain une crèche peut s’inscrire en 2 minutes sur Quellecrèche.fr 

Point important : nous travaillons avec les crèches privées car on ne peut malheureusement pas réinventer les crèches municipales, c’est l’Etat. Peu de gens le savent mais il y a 30% de places disponibles dans les crèches privées tous les ans et ces places sont aussi accessibles grâce aux entreprises des parents.

C’est un peu le cœur aussi de notre business model; les parents peuvent solliciter leur entreprise pour qu’elle finance la place en crèche de leur enfant. L’Etat a mis en place des avantages fiscaux jusqu’à 80% pour l’entreprise qui va aider un ou plusieurs salariés dans cette démarche. 

Pour l’entreprise c’est arrangeant en terme fiscal et surtout il y a des arguments liés aux ressources humaines. Nous parlons tous les jours à des DRH qui sont face à des problématiques de retour à l’emploi des mamans après congés maternité, par exemple. Si les parents cherchent un mode de garde c’est essentiellement pour retourner au travail, d’où l’implication de l’entreprise. 

Finalement, c’est très gagnant-gagnant car c’est aussi un argument de fidélisation des collaborateurs, de bien-être au travail, de conciliation vie privée/professionnelle et aussi un argument de recrutement pour les jeunes talents qui auront peut-être besoin d’une place en crèche. Parfois, la place en crèche vaut plus que n’importe quel avantage social. Il y a des directeurs de boîte qui gagnent 15000€ par mois, tu peux leur proposer une Porsche Cayenne pour qu’il reste : il te dira non, mais pour une place en crèche, il te dira oui. 

Joan 

Nous accompagnons autant les parents que les entreprises, parce que finalement, notre service touche à la qualité de vie au travail. La conciliation vie pro, vie perso, c’est important. On sait pertinemment que lorsqu’on n’a pas l’esprit tranquille par rapport à la garde des ses enfants, on n’a pas l’esprit tranquille au travail. 

Nous, on accompagne des entreprises pour leur permettre de réduire l’absentéisme au travail. On veut qu’elles voient leurs collaborateurs arriver avec un grand sourire chaque matin. Qu’ils puissent les remercier pour les avoir aidés dans ces démarches.

Souheil

Il y a une statistique intéressante pour compléter : chaque année 30% des absences et des retards en entreprise sont liés à un défaut du mode de garde. C’est humain, et cela peut arriver, mais indirectement c’est l’entreprise qui est impactée et cela a un coût. 

C’est pareil pour les congés parentaux, car ce que veut une entreprise c’est de revoir “Martine, responsable communication” revenir vite car il y a des projets en cours. Autrement, on recrute un CDD, on le forme, mais cela prend du temps. Sinon, on ne la remplace pas, mais l’équipe est sous l’eau. Du coup, comment l’inciter à revenir rapidement ? En lui offrant ce genre d’avantages. 

Un chiffre très important : en moyenne le coût d’une place en crèche coûte en reste à charge 250€ par mois à l’entreprise. On parle donc de 250€ par mois qui peuvent régler des problèmes énormes dans la vie du salarié comme dans la vie de l’entreprise.  

Quelles sont les valeurs de Quelle Crèche ?

Joan

On voulait se sentir utiles en créant notre société. Notre valeur c’est de traiter toutes les demandes à la même enseigne. Lorsqu’on reçoit une demande on l’appelle coûte que coûte, nous prenons le temps d’échanger avec toutes les familles sans exception.

Nous avons aussi un gros point à développer dans le temps. C’est une dimension collaborative, d’entraide, nous sommes en train de développer une communauté de parents. Nous aimerions, en sollicitant cette communauté, apporter un soutien à des familles, des parents peut-être en difficulté. Qu’il s’agisse de conseils ou de biens matériels, l’idée c’est de mettre quelque chose en place pour interagir sur le plan social. 

Souheil 

Je pense que Joan et moi avons été attirés par ce service car nous avons des caractères empathiques, sommes à l’écoute, et arrivons à absorber les craintes des parents qui nous appellent. Aujourd’hui, les parents qui nous appellent sont perdus, en stress, en difficulté, et peuvent nous raconter toute leur vie. Être altruiste, être empathique, et à l’écoute, sont des valeurs qui nous incombent. 

Pour rejoindre Joan, traiter les demandes de manière équitable c’est évident. Même lorsqu’on sait qu’on a pas de possibilités à proposer à une famille, nous sommes prêts à rester une demie heure au téléphone avec elle pour la conseiller et l’orienter sur d’autres solutions, même si nous on ne peut pas en apporter une. 

Quel est votre parcours et pourquoi entreprendre ? 

Joan 

Il y a quelque chose qui nous tient à cœur et qui est aussi liée à notre parcours. C’est de se dire de laisser sa chance à tout le monde, de ne pas rentrer dans les clichés, les a priori, les discriminations. Nous, quand on recrute on recherche un talent. Pour nous c’est important d’offrir sa chance à tout le monde et ça c’est lié à notre parcours : on a grandi en banlieue, on a eu la chance de voyager et voir pas mal de pays dont parfois des pays qui sont plus en difficulté que la France. Donc que cela soit au niveau des familles ou au niveau des personnes avec qui on travaille, nous ne voulons pas faire de différences et laisser sa chance à tout le monde. 

Quel est l’intérêt de faire partie d’un réseau comme le ME93 ?

Dans un premier temps, quand on est entrepreneur, on est un peu isolé, on est dans notre business, on est focus, on ne voit pas ce qui se passe autour. Et au contraire, s’ouvrir à d’autres auto entrepreneurs qui ont traversé des problématiques communes et qui ont du coup plus d’expérience, c’est enrichissant. Cela permet notamment d’élargir  son réseau. On sait que dans le réseau ME93, il y a aussi d’autres entreprises qu’on pourrait approcher pour éventuellement échanger sur notre projet.  

Quelles ont été vos difficultés en entreprenant ?

Joan

Dès le début, le fait d’être assez seul et d’avoir du mal à trouver les réponses à ses questions. Puis, se lancer, franchir le cap, c’est pas facile, quand on a une idée de se dire “voilà, on va mettre les pieds dans le plat et aller de l’avant et concrétiser ce projet-là”.  Pour surmonter tout cela, on n’a pas hésité à taper à certaines portes et à se faire encadrer par plusieurs organismes. 

Quel est votre objectif pour le futur dans trois ans? 

Souheil

C’est bien d’avoir précisé trois ans, car quand on est entrepreneur, pour nous, le futur c’est dans six mois ! Dans trois ans, notre objectif c’est de développer Quellecrèche.fr, d’embaucher des salariés, d’être présent partout en France, c’est de devenir la référence pour toutes les familles qui souhaiteraient se faire accompagner dans leur recherche d’un mode d’un garde. Qu’ils connaissent tout simplement Quellecrèche.fr.

En un mot, comment caractérises-tu ton entreprise ? 

Joan

Utile, puisqu’on a une vocation un peu sociale, on accompagne des familles qui sont dans la difficulté pour trouver un mode de garde et notamment accéder à la place en crèche, c’est un plaisir de se lever tous les matins et de se sentir utile.

Une phrase motivante que tu as en tête ?

Souheil

Je me dis que tu dois être reconnaissant et dans tous les cas ce que je dois faire, je dois le faire à 100%. C’est quand même une bonne motivation, de se dire si on réussit demain, c’est quand même grâce à nous, parce qu’on se sera donné les moyens.

Plus de contenu

Vous voulez booster votre entreprise?

Rejoignez la famille ME93 et devenez membre d'un des meilleurs réseaux d'entrepreneurs.