Lead Her (1)

Retour sur les Lead’Her Days !

Oser, créer, mener !

C’est avec cet état d’esprit que nous avons réuni 24 entrepreneures lors de nos Lead’her Days.

Deux jours intenses d’ateliers, masterclass et réseautage pour booster son leadership et son business.

Un immense remerciement à Catherine Gomez, Hanane Bahala, Meriem Malone qui étaient, avec nous, à l’initiative de cet évènement.

Un grand merci également à tous nos intervenants, sans qui ces deux jours n’auraient pas été si dynamiques !

  • Ahmet Akyurek, notre expert de la prise en parole en public.
  • Nadia Sebati pour sa masterclass sur la vente en couleurs
  • Catherine Gomez-Hiéret pour sa conférence sur le management et les do & don’t du RH
  • Souaré Fofana et Laura Giuseffi de Groupama pour leur intervention sur les assurances professionnelles.
  • Corine Lecolas pour sa séance de sport en douceur mais avec énergie !
  • Thierry Mouton pour sa conférence sur les leviers de la performance
  • Mathilda May pour son témoignage ! 
  • Alexandra Palt pour son intervention sur les leaders d’aujourd’hui !
  • Julie Réjean qui est intervenue sur les sujets de communication et réseaux sociaux

Un grand merci également à toute l’équipe du Mob House pour leur accueil ! 

Visuel Lead'her days instagram

Vous êtes une cheffe d’entreprise en croissance ? 

Participez aux Lead’Her Days ! Bénéficiez d’un accompagnement qui met l’accent sur la résolution des freins au leadership, pendant deux jours en immersion. 

Au programme : 

  • + de 10 masterclass animées par des coachs d’exception !  
  • Séjournez pendant deux jours au sein de l’établissement 4 étoiles : Le Mob House à Saint-Ouen. Une chambre individuelle vous sera mise à disposition, ainsi qu’un service all inclusive et un accès à une piscine privatisée !
  • Boostez votre réseau et rencontrez des cheffes d’entreprises à succès !

Découvrez l’intégralité du programme sur www.lead-her.fr – ou appelez le 01 40 12 96 98 pour plus d’informations !

Magazine-femme-version-digitale_Page-de-couv

Webmagazine : Mieux Entreprendre au Féminin 2022

Pour la deuxième année consécutive, le ME93 a décidé de dédier le mois de Mars à l’entrepreneuriat féminin avec un seul objectif : promouvoir la culture entrepreneuriale et la réussite au féminin sur le territoire !

Parce qu’un jour ne suffit jamais pour parler de toutes les femmes merveilleuses de notre réseau, nous avons créé la deuxième édition de notre magazine : Mieux Entreprendre au Féminin ! 

Gabarit site internet communiqué de presse

MExchange : Entrepreneurs, concrétisez vos ambitions à l’international !

Depuis 2019, de nombreuses entreprises bénéficiaires de l’accompagnement CROISSANCE+ ont manifesté l’importance de s’engager dans un développement international. L’Amérique du Nord s’est rapidement imposé, eu égard au potentiel énorme de ce marché, mais aussi à la qualité des relations avec le Québec francophone. Après plusieurs reports liés à la pandémie, le ME93 emmène 15 entrepreneurs de Seine-Saint-Denis sur une mission économique de 8 jours en l’Amérique du Nord, du 20 au 28 mars 2022. Ce programme vise en particulier à ouvrir des opportunités de croissance nouvelles à ces entreprises et, in fine, accélérer les créations d’emploi sur le territoire francilien.

Cliquez ici pour lire l’intégralité du communiqué

l'entrepreneuriat féminin la clef de la croissance

L’entrepreneuriat féminin, la clef de l’économie de demain !

L’après crise sanitaire, l’aprés crise économique nous conduit à nous reinterroger sur notre économie et sa place dans le devenir de l’humanité. Il nous faut construire l’économie de demain et nous interroger sur ses fondemants.

Même si l’inertie du temps nous impose des délais longs pour que s’inscrivent dans les faits les évolutions inéluctables, l’économie financière chère aux monaitaristes est morte le 15 septembre 2008 avec la faillite de Lehman Brothers. La maturité de la nouvelle économie prend du temps, et c’est naturel. Cette nouvelle économie prend en compte de nouvelles dimensions, les plus fondamentales sont la prises en compte de la préminence du “bien commun” et la préservation de notre planète finalités que l’économie purement financière avait totalement occulté.

La nouvelle économie sera celle du développement de l’entrepreunariat féminin. La contribution de l’entrepreneuriat féminin au développement économique et social de la société ne fait plus de doute. Pourvoyeuses d’emplois directs, de croissance économique et d’innovations, les femmes restent cependant moins nombreuses à entreprendre que les hommes dans notre pays et dans notre département en particulier..

En France, avec 39% de femmes créatrices d’entreprises, les femmes sont encore derrière les hommes dans la volonté de prendre en main leur destin économique par l’engagement dans la voie de l’entrepreneuriat. Les femmes représentent la plus grande réserve de création potentielle. Notre économie n’a pas le droit de rester neutre face à ce phénomène, nous devons nous mobiliser pour favoriser l’entrepreneuriat féminin qui stagne depuis des années à ce plafond de verre des 39%.

Les femmes représentent une richesse et une créativité nécessaire à la prise en compte de la notion du “bien commun”, ciment de l’économie de demain.

Porteuses de l’économie de demain, les femmes créatrices d’entreprises sont plus proches de l’évolution de la demande sociale, elles sont plus sensibles à la satisfaction des besoins quotidiens, elles sont plus ouvertes à la prise en compte des spécificités territoriales, elles sont plus proactives sur l’économie circulaire, sur la transition énergétique et le respect de l’environnement, sur de nouvelles relations sociales dans l’entreprise, sur les nouvelles procédures de management socialement responsables.

En renversant l’échelle des valeurs, les femmes entrepreneures investissent largement l’économie de demain. Elles ont compris bien avant les hommes que la seule stratégie financière basée sur l’obsession du retour sur investissement était secondaire par rapport à des stratégies socialement responsables. Elles ont intégré qu’une stratégie socialement responsable était la voie royale de l’efficacité financière de la démarche entrepreneuriale moderne.

Les 20% d’écart entre les hommes et les femmes créatrices d’entreprise sont la réserve de croissance que notre économie attend. Il revient à ceux qui travaillent à l’essor de l’économie de demain de tout faire pour libérer cette énergie dormante.

Pour atteindre cet objectif majeur il faut lever les pesanteurs sociales qui pèsent encore trop souvent sur la décision d’entreprendre. Ces pesanteurs sociales toujours bien présentes s’expriment au travers du comportement de notre société contemporaine, il existe encore un vaste chemin à parcourir pour franchir le mur de la parité homme femme dans tous les secteurs d’expression de notre vie sociale, parité dans l’exercice des responsabilités politiques, parité dans les postes majeurs de management dans le secteur privé et dans le secteur public, même dans le monde culturel la parité de traitement, de fonction et d’écoute est encore déséquilibré.

On peut donc dire que ce pourcentage, ce manque à gagner de dynamisme de croissance est la marque de notre retard social dans la mise en œuvre d’une société moderne ouverte à tous, hommes et femmes, avec la même capacité de se réaliser, de s’engager, d’entreprendre. La lutte contre toutes les formes de discrimination sociale, économique et culturelle est la condition de la libération de toutes les énergies nécessaires à gagner le pari de la croissance et de l’émergence de l’économie de demain.

VGAIN ARTICLE

Vgain, les compléments alimentaires végans, biologiques et 100% Made in France !

Découvrez Yanis et Maxime, les fondateurs de Vgain ! Après leur rencontre en dernière année d’école, ces deux passionnés de sport décident de se lancer dans l’entrepreneuriat et de créer la première marque française proposant des produits 100% végétaux et bio. 

Pouvez-vous vous présenter ? 

Maxime : Je suis Maxime Chateau, cofondateur de Vgain. 

Yanis : Je suis Yanis Chamane, également cofondateur de Vgain. 

Quel est le concept de votre entreprise ? 

Yanis : Vgain, c’est l’alternative saine à la nutrition sportive ! Il s’agit de compléments alimentaires bio, végétals, made in France, et antidopage. Notre objectif est de proposer un produit de qualité et performant qui répond aux besoins de chacun mais aussi aux enjeux environnementaux. Nous sommes convaincus que la nutrition est un élément clé dans l’équilibre et le bien-être de chaque personne. 

Expliquez-nous la signification de Vgain ! 

Yanis : Le V symbolise le végétal, le vegan et le gain du gain. L’esprit Vgain, c’est la performance et le naturel.

Vgain est réservé uniquement aux sportifs ? 

Maxime : C’est vrai qu’initialement le produit était adapté pour les sportifs de haut niveau, mais tout le monde a besoin d’avoir en protéines, en glucides et lipides pour être en bonne santé. C’est pourquoi, nous avons élaboré un livre de recettes qui montre la diversité et la variété dans la prise de nos produits.  

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre à 2 ? 

Yanis : C’était une évidence ! A vrai dire, on s’est rencontré dans un cadre de travail particulier. On était ensemble à l’école et on s’est aperçu qu’on avait des atomes crochus d’un point de vue professionnel. On n’était pas de base des amis, on est devenus proches en entreprenant ensemble. 

Maxime : Et puis c’est vrai que l’on a des profils complémentaires qui nous permettent d’apporter une valeur ajoutée au sein de notre entreprise. 

Pourquoi intégrer un réseau comme le ME93 ? 

Maxime : C’est un écosystème qui nous permet d’échanger et de partager, d’avoir différentes visions avec des secteurs d’activité qui sont aussi différents. 

Yanis : C’est aussi bénéficier d’un accompagnement ! Stéphanie Monjoin est toujours à l’écoute et disponible pour nous aider dans nos divers besoins. On ne regrette pas notre adhésion au ME93 ! 

En 2022, qu’avez vous prévu pour Vgain ? 

Yanis : On est en plein développement d’un nouveau produit que l’on espère pouvoir vous présenter courant 2022. Et bien sûr, on a prévu de nouveaux partenariats notamment dans plusieurs pays d’Europe ! 

Pour plus d’informations concernant Vgain, rendez-vous sur : https://www.vgain.fr/  

kamel et Nadia

Plantez les graines de votre réussite avec Kamel et Nadia

Rencontre avec Nadia Bouali et Kamel Kajout, champions de France et du monde de lecture rapide, formateurs, coachs et entrepreneurs !

Bonjour, qui êtes-vous ? 

Nadia : Bonjour je suis Nadia, je suis la présidente et fondatrice de Graines de réussite. On est tous les deux formateurs, j’accompagne aussi à titre individuel en tant que coach. 

Kamel : Bonjour, je suis Kamel et le directeur général de Graines de réussite.

En parallèle, je suis chef de projet dans l’aérospatial et champion du monde de lecture rapide en individuel et en équipe !  

Quel est le concept de votre entreprise ? 

Nadia : Graines de réussite est un centre de formation référencé Qualiopi et de coaching.On forme à titre individuel, mais aussi en entreprise, dans tout ce qui porte sur le développement de compétences.  

Nos formations concernent l’efficience cognitive à travers la lecture, le mind mapping et la mémorisation. Nous avons également mis en place plusieurs formations dans le cadre du développement personnel qui permet à chacun de s’épanouir dans leur vie privée ou professionnelle. 

Kamel : Ces accompagnements se font en présentiel, en format visioconférence ou en learning. Ils s’adressent aux adultes, aux enfants et aux professionnels. 

Expliquez-nous la signification du nom de votre entreprise. 

Kamel :  Graines de réussite, c’est pouvoir semer les graines à travers chacun, permettre à nos apprenants de faire émerger leur potentiel qui ne demande qu’à sortir.    

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Kamel : On se connaît depuis très longtemps,depuis la maternelle à vrai dire. 

On a grandi ensemble, c’est ce qui nous a permis de nous lancer dans l’entrepreneuriat à deux. 

Nadia: Bon-au delà de on a grandi ensemble, on est quand même mari et femme et on a 4 enfants. 

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre à 2 ?

Nadia : C’était une évidence : entreprendre à 2 permet de mutualiser nos forces. Kamel et moi, nous avons deux profils différents, on apporte deux choses différentes à notre société. 

Kamel : Le fait d’être à deux ça permet d’aller aussi plus vite. Chacun a son rôle, il faut un chef et puis un sous-chef. (rires…)  

Quels conseils pour entreprendre à 2 ? 

Nadia : Chacun de vous a quelque chose à apporter ! Discutez bien en amont de quelles sont les qualités et le rôle de chacun. 

Kamel : Oui, échangez avec beaucoup de bienveillance et de respect. Ne vous marchez pas l’un sur l’autre. Soyez complémentaires ! 

Pourquoi faire partie d’un réseau comme le ME93 ? 

Nadia : Adhérer au ME93, c’est pouvoir rencontrer d’autres chefs d’entreprise, partager ses expériences et ses états d’âmes. Il y a des moments où on a des coups de mou, voir qu’il y a d’autres entrepreneurs dans les mêmes situations que nous, c’est très rassurant.

Kamel : C’est aussi pouvoir se soutenir et partager son  business. Dès que nous avons besoin d’un service,  nous savons que quelqu’un dans le réseau peut nous apporter une solution. 

Pour plus d’informations concernant Graines de réussite, rendez-vous sur : https://grainesdereussite.com/ 

Gabarit site internet communiqué de presse

Parcours Mieux Entreprendre, l’entrepreneuriat pour tous !

4 programmes exclusifs pour accompagner les entrepreneurs à toutes les étapes de leur croissance

Porteurs de projets, entrepreneurs, concrétisez vos ambitions !

Le collectif du Parcours Mieux Entreprendre + réuni 3 spécialistes de l’entrepreneuriat en Seine-Saint-Denis : le ME 93, premier réseau d’entrepreneurs sur le département, Les Premières Ile-de-France, spécialiste de l’entrepreneuriat par les femmes et équipes mixtes et House of Codesign.   Le Parcours Mieux Entreprendre + se décompose en 4 programmes, avec un accompagnement individualisé, qui permettent de répondre aux besoins des porteurs de projets et des entrepreneurs à toutes les étapes de leur développement ! 

mail webmagazine mentorat

Webmagazine ME93 : Mieux Entreprendre au Quotidien – Edition spéciale Mentorat !

Depuis le 1er Janvier 2021, le ME93 est opérateur du programme Mentorat pour Entrepreneurs sous l’égide de Réseau Mentorat France.

Au total : plus de 22 duos formés, 8 comités et 35 mentorés en 1 an ! En ce mois de Novembre, nous mettons en lumière les mentors et mentorés du programme ! 

Editorial Edouard devons nous inquieter de linflation

Devons-nous nous inquiéter de l’inflation ?

Edouard de Penguilly, Président du ME93

Le mot inflation regroupe des origines complexes et historiquement différentes. Cependant les désordres considérables laissés dans notre mémoire collective par l’inflation des trente glorieuses nous conduit à des analyses souvent trop simplistes. Face à la rareté des matières première nécessaires au développement des nouvelles formes de notre l’économie, nous assistons à la montée inexorable de leur coût. Les prix de revient s’enflamment. S’ajoute à cette donnée structurelle positive, la naissance de l’économie de demain une autre composante, conjecturelle elle, liée à la surabondance des liquidités dans le monde.

Face à l’inflation qui est une marque d’un déséquilibre entre l’offre et la demande de biens et services, les monétaristes, trop longtemps à l’honneur, ont défini l’idée qu’il était nécessaire de diminuer la masse monétaire en circulation en pratiquant une hausse des taux d’intérêt favorisant l’épargne au détriment de la consommation. La contrepartie de cette stratégie était la hausse du coût des investissements pour les entreprises et donc une révision à la baisse des politiques d’investissement directe et une baisse des budgets « recherche et développement ». Les effets positifs de la réduction de la masse monétaire provoquaient des effets négatifs sur l’investissement productif et le développement de l’innovation.

Depuis les monétaristes ont perdu du chemin, « le quoi qu’il en coûte » français dans la lutte contre les effets économiques négatifs du COVID, bientôt suivi par tous les pays européens, a montré largement les limites de l’orthodoxie monétaire et a donné un coût de fouet, sans précèdent, à notre économie.

Ces novations dans notre croissance ne sont dues ni à un alignement favorable des astres, ni à un coup de chance aléatoire.

Le monde économique a changé en profondeur.

Les lourds investissements en matériaux, en espace et en hommes ont fait place à une cavalerie légère s’appuyant sur la novation dans les méthodes, sur l’innovation dans les technologies mobilisée et sur la rapidité dans les mises en place des process. Là où l’ajustement entre besoins et productions nécessitait des années de mise en œuvre, il faut maintenant quelques semaines ou mois, là où il était nécessaire de mobiliser des financements pluriannuels lourds, on peut démarrer avec le la « love money » et être rapidement créateur de richesses.

L’état d’esprit de tous a changé, ou plutôt change, il y a toujours des inerties liées au poids des process anciens (regardons l’usage du charbon…) Pendant des décennies nous avons organisé notre système de production autour de la surconsommation de nos richesses naturelles, nous avons été des prédateurs. Aujourd’hui nous organisons notre développement sue la préservation de nos richesses naturelles, c’st une révolution au sens le plus classique du terme.

Toutes ces données changent considérablement notre prisme de lecture de l’inflation, nous entrons dans un nouvel univers, Nous devons largement ouvrir les outils financiers d’investissements vers l’économie de l’innovation et l’économie verte, c’est-à-dire vers celles qui préservent nos richesses naturelles et celle qui valorisent nos apports technologiques de substitution. La hausse des taux d’intérêt est une méthode dépassée, inutile et coûteuse. La finance doit être considérée comme un service neutre nécessaire à la bonne lubrification de l’économie et non comme un acteur engagé de régulation à contre-courant de l’économie de demain.