zoom entrepreneur mélanie blandin

Mélanie Blandin, de directrice commerciale à chef d’entreprise !

Il y a près d’un an, l’entreprise B.Between rejoignait notre réseau d’entrepreneurs. Fraîchement arrivée en Seine Saint Denis, Mélanie Blandin, Fondatrice de B.Between, et son équipe avaient besoin de découvrir le tissu économique du territoire. Retour sur son expérience en tant que cheffe d’entreprise, son évolution et son engagement à aider les entreprises à impact dans leurs développements !

Bonjour Mélanie, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots le concept de B.Between ?

Bonjour, le concept de B.Between est d’aider les entreprises à se développer commercialement. Nous leur proposons un consultant commercial senior à temps partagé, qui va intervenir sur une mission bien définie.

Notre particularité est d’intervenir toujours en binôme et à temps partagé : pour chaque mission on a un consultant commercial senior et également un chef de mission qui va superviser la mission.

Est-ce que c’était un choix de faire appel des profils seniors ?

Oui tout à fait, c’était un choix. L’un des avantages d’avoir des profils seniors, c’est la montée en compétence rapide. Les profils seniors ont une aptitude à comprendre, à s’adapter à un environnement et à être efficace le plus vite possible.

Pour nous, tout l’enjeu, c’était d’être efficace très rapidement, beaucoup plus qu’une personne en interne où il y a tout un processus d’accompagnement pour qu’elle soit opérationnelle. Dans notre cas, pour ce processus, on a voulu le réduire à une journée. Dans un premier temps, le consultant participe à une première journée particulièrement dense de montée en compétence. Dès le lendemain, il commence la prospection pour notre client.

Et comment arrivez-vous à trouver vos clients ? S’agit-il de bouche à oreille, de recommandations ou autre ?

En effet, c’est beaucoup par recommandation ! Parce que on a tout simplement fait grandir la structure au fur et à mesure, et on intervient auprès de réseaux comme le ME93, mais également auprès d’incubateurs. Tout cela nous a permis de rencontrer un certain nombre de nos clients actuels.

Avant de créer B.Between que faisiez-vous ? Quel est votre parcours et pourquoi avez-vous choisi d’entreprendre ?

Je travaille maintenant depuis une bonne dizaine d’années en tant que commerciale puis directrice commerciale,  ça a toujours été mon métier. Ce métier me passionne  !

En créant ma structure, je voulais répondre à un besoin afin de proposer une aide de qualité avec un profil senior expérimenté, en externe.

Avant de créer ma structure, de nombreuses personnes autour de moi souhaitaient avoir un pôle commercial au sein de leur entreprise. Sauf que, comme vous le savez c’est compliqué pour une petite structure d’avoir une direction commerciale en interne.

Très rapidement, l’idée a commencé à germer !  Par ailleurs, j’ai eu l’opportunité de rencontrer beaucoup de porteurs de projets à impact qui avaient de belles idées innovantes. Néanmoins, par manque de temps et / ou de compétences, ils n’avançaient pas aussi vite que ce qu’ils souhaitaient.

Ces deux points cumulés ont fait que j’ai fini par me lancer et monter la structure pour accompagner les entreprises dans leur développement commercial.

Comment avez-vous réussi à construire une équipe autour de vous ?

Alors, ça a été la première étape ! Grâce à des partenaires, des rencontres, j’ai pu avoir un pool de consultants commerciaux en externe qui a grossi progressivement. Concernant l’équipe B.Between en interne, on est aujourd’hui 4 et le but bien évidemment c’est de continuer à faire développer cette équipe.

Comment avez-vous fait pour entretenir une bonne relation au sein de l’équipe ?  Partagez avec nous le secret qui vous a permis d’avoir votre dream team !

Tout d’abord, le but c’est vraiment que chacun ou chacune puisse donner son opinion et apporter quelque chose de bénéfique à l’équipe.

Je pense qu’un projet d’entreprise quel qu’il soit, est porté par les équipes. C’est bien d’avoir un fondateur au départ qui crée la structure pour une première étape mais ensuite, elle fonctionnera que si les équipes en interne ont l’envie de se donner, d’être passionnés, d’être impliqués et de la faire grandir.

Je crois de tout coeur que l’engagement de chacun permet la réussite d’une entreprise quelle qu’elle soit.

Une journée type d’entrepreneur ?

L’avantage dans la vie d’un entrepreneur, c’est qu’il y a peu de journée type.

Mon premier rôle est d’être cheffe de mission, de vérifier que tout fonctionne bien pour mes clients. La gestion des clients en cours est très importante pour nous et c’est notre priorité au quotidien.

En volet numéro 2, il y a toute la partie management des équipes en interne et développement commercial de l’entreprise.

Et en 3, il y a tout le reste : l’animation de nos ateliers auprès de réseaux d’incubateurs, mais également les volets administratifs et financiers.

Ma journée varie, aucun jour ne se ressemble mais c’est cela qui est passionnant ! On ne sait jamais ce qui nous attend, ainsi, on ne s’ennuie jamais. Un vrai point positif pour moi.

Et justement, est-ce que vous avez eu des moments difficiles où vous avez douté de votre projet ?

Je pense qu’une des difficultés que j’ai dû surmonter est la création de ma société seule.

Certes, j’ai été entouré par mes proches, mon conjoint en l’occurrence qui m’a beaucoup accompagnée mais, au final, j’ai créé la société toute seule. Le fait d’être seule sur le projet et de ne pas avoir d’associé peut être une grosse difficulté pour beaucoup d’entrepreneurs qui débutent.

En tant que dirigeant, on reste quand même tout seul à prendre les décisions et faire tout le travail de développement au début tant que l’équipe n’est pas formée.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui n’osent pas se lancer, ou qui ont peur de se retrouver tout seul (e) ?

Mon premier conseil est : Osez, lancez-vous !

Bien évidemment, les débuts sont difficiles ! A l’époque, ça me paraissait insurmontable et je n’avais jamais prévu de monter une entreprise seule !

Une fois que vous avez commencé, les briques se construisent au fur à mesure ! Faites-vous aider et accompagner, il y a plein de structures qui existent que ça soit des réseaux ou des incubateurs !

Selon vous, quel est l’intérêt de faire partie d’un réseau comme le ME93 ?

Nous sommes arrivées sur le territoire de la Seine-Saint-Denis en octobre 2019. On nous a vivement conseillé d’aller à la rencontre du ME93. A l’époque, j’ai pu échanger avec Stéphanie Monjoin, la Déléguée Générale.

Par la suite nous avons décidé d’adhérer, et cela nous a permis de rencontrer de nombreux autres professionnels et de découvrir le 93, un département que je ne connaissais pas bien. Le ME93 permet de rencontrer le tissu économique et industriel local, notamment grâce aux événements et diverses visites d’entreprises organisées.

De plus, le réseau a été hyper actif pendant la période de confinement en nous communiquant les informations clés afin de nous soutenir et accompagner pendant une période qui n’était pas forcément facile. C’était très appréciable de participer aux webinaires en ligne et nous avons même eu l’occasion d’en animer deux !

Le but, au final c’est de faire partie d’une communauté qui indéniablement génère du business et nous soutient au quotidien !

Pour plus d’informations concernant B.Between rendez-vous sur : http://bbetween.fr/

Portrait d'entrepreneur : Découvrez Adame Talha, Fondateur d'ADM Clean à seulement 19 ans !


Pouvez-vous nous présenter votre parcours et comment vous est venu l’idée de créer votre entreprise ?
Il y a deux ans pendant l’été, j’ai voulu essayer une activité ludique avec mes amis. J’ai donc décidé de laver leurs voitures, de les rendre impeccables et scintillantes (rires) ! J’ai posté les résultats sur les réseaux sociaux et d’un coup j’ai commencé à recevoir des demandes, beaucoup de monde souhaitait connaitre mes tarifs ! Je me suis dit que c’était peut-être une bonne opportunité, une idée que je pourrais développer !
Par la suite, je me suis posé pas mal de questions avant de lancer mon entreprise, notamment comment faire pour générer du chiffre d’affaires et quel business model je pourrais choisir.
C’est donc ainsi que j’ai décidé de me renseigner sur l’auto entrepreneuriat, la création d’entreprise et micro-entreprise. J’ai donc lancé mon projet « ADM Clean » en octobre 2019 avec l’aide de l’incubateur de Convergence Entrepreneurs. Grâce à ce programme, j’ai pu bénéficier de pas mal de formations, participer aux divers ateliers proposés afin que je puisse mener à bien mon projet.
ADM Clean en quelques mots ?
ADM Clean est un service de nettoyage et d’entretien automobile à domicile ou sur le lieu de travail. Notre objectif est de réduire la mobilité de nos clients et de leur accorder plus de temps pour leurs activités personnelles.
Vous êtes jeune, vous venez tout juste d’avoir 19 ans, pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre si tôt ?
Pourquoi maintenant ? Tout d’abord, je me dis qu’entreprendre maintenant serait peut-être le bon investissement en termes de temps et de profits ! Je pense qu’il faut toujours être visionnaire et préparer son futur. Je ne suis pas maître de mon destin mais j’ai décidé de me lancer malgré les risques d’échouer. A vrai dire, je ne me vois pas salarié toute ma vie ainsi je me bats pour bâtir un projet qui correspondra à mes valeurs et ma vision des choses. C’est cette motivation qui me permet de me lever tous les matins, et de donner le meilleur de moi-même afin de faire évoluer ADM Clean !
Le parcours d’un entrepreneur est très difficile, notamment au début, avez-vous rencontré des obstacles qui vous ont fait douter de votre projet ?
Pour être franc, des obstacles j’en rencontre tous les jours. Lorsqu’il y a des nœuds dans la ficelle, il ne faut pas couper l’intégralité mais il faut prendre le temps de les démêler et non couper la corde ! C’est exactement le cas pour l’entrepreneuriat, malgré les obstacles voire les échecs, si vous croyez en votre projet, il faut persévérer car il y a toujours des solutions à trouver. Mon but personnel est de continuer mon chemin malgré les embûches et les pentes, il faut se battre continuellement pour son projet !
Comment voyez-vous l’avenir d’ADM Clean ?
« Je veux avoir un impact influant et positif sur le territoire d’où je viens. »
Tout d’abord, je souhaite changer mon statut afin de pouvoir embaucher de nouveaux profils, notamment des personnes issues de la banlieue. Je souhaite leur donner l’opportunité d’exercer un métier passionnant.
Vous faites partie du programme d’incubation de Convergence Entrepreneurs, est-ce que cela a influé dans votre développement ?
Bien évidemment, ce programme m’a ouvert beaucoup de portes ! Je reçois beaucoup de soutien de la part des équipes de Convergence qui sont constamment à mon écoute. Je suis un peu la petite mascotte de la promotion des Audacieux (rires), on s’entraide beaucoup et je me sens parfaitement bien intégré au sein du programme ! J’ai constaté qu’il y a une très grande différence entre le monde de l’entrepreneuriat et le monde du salariat.  Au sein de l’incubateur, il y a plus d’entraide, on avance ensemble et on essaie de remonter la pente toujours ensemble !
Que conseillerez vous à un jeune porteur de projet qui n’ose pas se lancer ?
Lancez-vous, mais avant tout préparez bien le terrain, étudiez votre marché et vos clients afin de proposer la meilleure offre possible !
Un dernier mot…
Je souhaite remercier l’équipe de Convergence Entrepreneurs et également celle du ME93, des remerciements tout particuliers à Stéphanie MONJOIN qui m’a soutenu pendant mes démarches et qui continue de me soutenir, conseiller et motiver au quotidien !
Contact : Adame TAHLA – ADM Clean –  07-58-35-58-73  – www.admclean.com

Entre passion, frustration et ambition, retour sur le parcours entrepreneurial de notre adhérent Papa Amadou NIANG


A la tête de l’entreprise Insigne Gravure et Signalétique, Papa Amadou NIANG, revient sur son parcours en tant que salarié, puis porteur de projet et enfin chef d’entreprise.
Quel a été votre parcours et comment vous est venue l’idée de créer Insigne Gravure et Signalétique ? 
Insigne Gravure et Signalétique c’est l’idée de deux anciens collègues, un responsable de la production et un gestionnaire qui ont toujours eu l’envie de créer une entreprise qui correspond à leur manière de travailler et leurs valeurs. Cette envie provient d’une frustration que l’on a ressenti en tant que salariés, notre optique était d’avoir un projet qui nous permettait de mieux s’organiser, d’avoir une meilleure production, beaucoup plus fluide et plus optimisée.
C’est aussi une passion ? 
Oui, cela fait 19 ans que je suis dans le secteur de l’impression numérique et dans la communication, au fur à mesure du temps, ce métier est devenu ma passion. A vrai dire, j’ai commencé mon parcours en tant que graphiste, ce qui fait que je connais très bien la chaîne de production. Un avantage, qui me permet de conseiller les clients sur différents types de support, leur permettre de produire quelque chose de beau et unique. J’ai donc commencé tout en bas de l’échelle et aujourd’hui finir en tant que chef d’entreprise dans un domaine qui me passionne !
Quel a été le déclencheur de votre envie d’entreprendre ?  
On s’est rendu compte que l’entreprise pour laquelle on travaillait ne nous permettait pas d’optimiser notre travail et de développer notre potentiel. En tant qu’employé, on ressent parfois cette frustration lorsque l’on ne voit les résultats de son travail. Malgré nos efforts on sait qu’au plus profond de nous que notre potentiel mais n’est pas exploité…
Par ailleurs, cela faisait bien trop longtemps que je voulais créer une entreprise mais je ne trouvais pas la bonne personne avec qui collaborer, c’est en échangeant avec mon associé qui était à l’époque mon collègue, que je me suis rendu compte que l’on pouvait transformer la frustration que l’on ressentait en quelque chose de positif !
Avez-vous été confronté à de quelconques obstacles sur votre parcours et comment les avez-vous surmontés ?
Comme tout porteur de projet, on a eu bien évidemment nos peurs, notamment au tout début du business plan. On nous a posé des questions sur l’aspect financier de notre projet pour lesquels on n’était pas du tout préparé mon associé et moi-même. On avait juste notre savoir-faire en tant qu’employé mais on ne connaissait rien au monde de l’entrepreneuriat.
« Entre vouloir créer sa boite et la créer réellement, il y a eu un vrai parcours du combattant, on a traversé 10 fois le désert ! »
Grâce au ME93, on a pu être orienté vers des professionnels qui nous ont aiguillé notamment pour le business plan, le financement. Le ME93 a su nous mettre en contact avec les bonnes personnes, notamment avec Initiative Plaine Commune concernant le prêt à taux zéro. Ensuite, il a fallu aller chercher des opportunités de business et gardez la tête froide car l’entrepreneuriat est un combat contre soi-même.
Il est indispensable de combattre les doutes et les épreuves, s’adapter et ne pas rester sur ses acquis.
Cela fait 19 ans que vous travaillez dans ce secteur, comment entretenez-vous votre motivation et implication sur une si longue durée ?
Ce qui me motive le plus c’est de pouvoir transmettre notre savoir-faire et de former des jeunes ou des moins jeunes salariés sur la signalétique, qui est un secteur très spécifique. En effet, nous travaillons toujours sur un produit brut qu’on livre en tant que produit fini à nos clients. Nous devons suivre un long processus de fabrication pour chacune de nos créations.
Nous sommes impliqués dans notre vie sociale, pouvoir inculquer et perpétuer notre savoir-faire est l’aboutissement de notre parcours !
Quel conseil donneriez-vous à un jeune créateur d’entreprise ?
Aujourd’hui, le conseil que je donnerai à un entrepreneur c’est tout de suite de se rapprocher à d’un réseau d’entrepreneurs comme le ME93, car c’est vraiment beaucoup plus facile lorsque l’on n’est pas seul. Je me souviens il y a deux ans et demi, nous étions dans le flou, on avait le savoir-faire mais on ne savait pas à qui s’adresser. Les réalités de l’entrepreneuriat sont très difficiles, un défi au quotidien mais soyez bien entourés, trouvez les bons partenaires qui vous permettront de développer vote projet et surtout gardez la tête froide !
Un dernier mot…
« Je suis le pur exemple de ce que le ME93 peut apporter dans le parcours d’un entrepreneur ! » 
Je souhaite remercier l’équipe du ME93 pour la motivation et les mises en relations dont j’ai pu bénéficier durant ces dernières années. Je pense que c’est important de connaitre l’existence des réseaux tels que le ME93, qui ont du savoir-faire et de l’expérience.
Pour découvrir les réalisations d’Insigne Gravure et Signalétique, rendez-vous sur : https://www.insigne-gravure.fr/

Portrait d’entrepreneur : rencontre avec Sarah RONCERAY

L’émergence d’un projet professionnel et personnel 
Avant de me lancer dans la création d’entreprise, j’ai démarré mon parcours professionnel dans le développement commercial, dans le secteur des études de marché puis en institut de sondages BtoB.
Ma première expérience entrepreneuriale, je l’ai vécue avec l’ouverture d’une agence matrimoniale franchisée, entre 2010 et 2012, avant de finalement rejoindre une start-up dans le feedback management. Suite à cette première expérience d’entrepreneuriat, le concept de MatriMonline avait déjà germé dans ma tête, mais ce n’était pas le bon moment dans ma vie et je ne me sentais pas suffisamment prête pour lancer un nouveau concept et prendre les responsabilités d’un chef d’entreprise : trouver des locaux, recruter, emprunter des sommes conséquentes pour lancer son activité…
Au fil de mon évolution en start-up, le fait de créer mon activité ne cessait, malgré tout, d’occuper mon esprit. J’avais cette envie de pouvoir travailler près de chez moi et de concilier plus facilement vie de famille et vie professionnelle. Mon souhait était également de faire quelque chose qui a du sens pour moi, de sortir de ma zone de confort et de faire face à de nouveaux challenges, tous les jours.
C’est à la suite de la naissance de ma 3e fille, que j’ai à nouveau sauté le pas. Fin 2016, après une rupture conventionnelle avec mon employeur, j’ai intégré le dispositif Activ’Créa de Pôle Emploi. C’est ainsi que mon projet entrepreneurial a démarré.
Quand l’entrepreneuriat rencontre l’amour 
MatriMonline ne s’est pas créée tout de suite, je souhaitais m’accorder du temps pour tester différentes activités : services numériques à la personne, service de gestion administrative des formalités du particulier employeur, coach créateur d’entreprise, service de qualification des leads pour les sociétés de data-marketing… Mais c’est finalement ce projet de créer une agence de rencontres amoureuses et sérieuses en ligne, qui revenait de manière lancinante.
Cela me correspondait et faisait échos à ce souhait, au plus profond de moi, de voir depuis toujours les gens heureux en amour. Lycéenne, je jouais déjà les entremetteuses avec mes amis en organisant des week-end Garçons/Filles dans l’espoir de voir naître de nouvelles idylles. L’amour est une composante importante du bonheur des personnes… Même si elle n’est pas la seule, elle y contribue grandement.
Portée par cette conviction et par cette envie entrepreneuriale, j’étais convaincue qu’il ne fallait pas que je laisse passer cela. Je devais me lancer dans ce projet quelque soit l’issue.
De l’émergence à la création  
Tout au long du développement de mon projet entrepreneurial, de l’élaboration à la concrétisation de MatriMonline, il a fallu franchir les étapes une par une. J’ai commencé par réaliser une étude de marché et un business plan. La rédaction du cahier des charges de la plateforme était une étape importante afin de choisir les prestataires techniques qui se chargeraient du développement.
En décembre 2017, j’ai eu un accord favorable de la plateforme d’Initiative Locale pour l’obtention d’un prêt d’honneur à taux 0, sans intérêts, et bénéficié de l’appui de France Active Garance 93. J’ai ensuite intégré la pépinière Convergence Entrepreneurs à Aulnay-sous-Bois.
L’identité visuelle de MatriMonline est née début 2018 permettant ainsi le démarrage du développement de la plateforme. S’en sont suivis l’immatriculation de l’entreprise, l’accord d’un prêt bancaire et enfin la 1ère mise en ligne de la plateforme en août 2018.
Mieux vaut être bien accompagnée que seule
Au fur et à mesure de mon parcours j’ai eu la chance d’être accompagnée par différents interlocuteurs. J’ai rejoint l’incubateur « les Premières » et adhéré à plusieurs réseaux tels que le ME93, Convergence Entrepreneurs, Action’elles.
Le réseau local m’a beaucoup apporté. J’ai notamment été toujours soutenue par Etienne Barrier, d’Unik Production, qui m’a beaucoup aidée grâce à son réseau.
Convergence Entrepreneurs avec qui je suis restée en lien tout au long de mon projet, m’a donné la possibilité de participer à de nombreux ateliers, d’héberger mon activité en coworking puis en bureau. C’est également par leur intermédiaire que j’ai eu l’opportunité de participer, en 2018, à la semaine du numérique au Québec.
Récemment, Matrimonline a accueilli 2 contrats pro, issus de l’école Simplon Aulnay partenaire de Convergence Entrepreneurs, qui vont me permettre de développer une nouvelle version de la plateforme.
L’amour donne des ailes  
Nous travaillons actuellement sur une nouvelle version de la plateforme, sous forme de Progressive Web Apps, qui va intégrer la vérification de la pièce d’identité et de la photo. Nous serons ainsi, la seule appli de rencontres en France à proposer cette sélection en amont de l’inscription sur un site de rencontres. Aujourd’hui, MatriMonline c’est une équipe de 5 personnes dont 2 stagiaires et 2 contrats pro.
Afin de pouvoir pérenniser et agrandir l’équipe, je travaille en parallèle sur une levée de fonds qui nous permettra également de communiquer plus massivement et d’acquérir de nouveaux profils.
MatriMonline propose à l’heure actuelle ses services dans toute la France, mais pourquoi pas, d’ici 3 ans, s’étendre aux pays limitrophes : Belgique, Suisse, Luxembourg.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet www.matrimonline.fr

Source : Portrait by Convergence Entrepreneurs
 

Portrait d'entrepreneur : rencontre avec Mahmoud ABDOU

Data5 : la naissance d’un projet, fruit d’une envie, d’une passion, d’une conjoncture
Amateur de football depuis plusieurs années et passionné de nouvelles technologies, j’ai testé lors d’un match un bracelet connecté, produit jusqu’alors peu connu du grand public. La réaction des autres joueurs durant ce match a été pour moi une révélation, tout le monde voulait l’utiliser pour connaître ses performances. J’ai pu constater que les attentes des joueurs en matière d’évaluation de leurs performances, des statistiques, étaient grandes. Entre temps, le phénomène Big Data a changé les habitudes des consommateurs, permettant par l’intermédiaire d’objets connectés de type wearable, d’obtenir des indicateurs de performance, mais limité à l’usage strictement individuel. C’est ainsi qu’est née le projet Data5.
L’appui de Convergence Entrepreneurs dans la mise en route de notre projet
Suite au montage de notre projet de création d’entreprise, nous étions à la recherche d’un hébergement. J’ai pris contact avec les équipes de Convergence Entrepreneurs lors du Salon des Entrepreneurs qui nous a proposé un bureau dans leurs locaux à Aulnay-sous-Bois. Au delà d’infrastructures et de services adaptés à nos besoins, nous avons pu également profiter de toute l’offre de services proposée par Convergence Entrepreneurs, notamment les missions internationales (WAQ17 au Québec), les ateliers, les petits déjeuners d’affaires, le programme d’accélérateur de startup initié par Convergence Entrepreneurs, et la mise en relation avec des structures d’aide à la croissance.
Du bracelet à la chasuble connectée
L’équipe Data5 a travaillé plus de 3 ans en Recherche & Développement pour offrir aux clients des centres de foot à 5 une expérience utilisateur hors du commun, afin de satisfaire tous les amateurs et passionnés de ballons ronds. Alors que nous étions initialement partis sur la création d’un bracelet connecté, les différents tests réalisés dans un centre pilote, Teams5 situé à Roissy en France (centre d’Alou Diarra, ancien capitaine de l’équipe de France de football), nous ont conduit à repenser totalement notre produit, tant au niveau du design que de l’ergonomie, et même au niveau technique, puisque nous avons finalement abouti à la création d’une chasuble connectée. Cette chasuble connectée, nous offre tous les avantages d’un bracelet connecté (design, ergonomie, simplicité d’utilisation, …) sans les inconvénients (problème d’hygiène, problème de fiabilité des données). Cela nous a permis également d’obtenir  davantage de données statistiques propres au football, tel que le nombre de dribbles, de buts, de passes décisives, la puissance de tir…
Dribler pour contourner les obstacles et atteindre son objectif
Nous sommes passés par de nombreuses étapes et nous avons dû surmonter beaucoup d’obstacles aussi bien techniques que financiers pour mener ce projet à son terme. Mais nous pouvons dire aujourd’hui que nous sommes satisfaits du résultat. Nous avons obtenu plusieurs labels notamment celui « d’Entreprise Remarquable » décerné par la plateforme Initiative Grand Est Saint Denis. Les différents soutiens de BPI Innovation et de la Région Île de France nous ont aidé, par le biais de subventions, à mener à bien notre projet de R&D. Nous disposons aujourd’hui d’un brevet international sur notre solution et du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI).
Une actualité riche et prometteuse
La commercialisation de notre produit a été lancée en octobre 2018, dans 3 centres de foot à 5 basés essentiellement en région parisienne en plus du centre pilote. Les retours clients sont très satisfaisants. Nous avons déjà des accords de plusieurs autres centres basés en région parisienne et prévoyons également de nous déployer en province. Nous sommes actuellement partenaire d’un championnat inter-régional organisé par l’Association 5 foot 5, détenteur du webzine du même nom, réalisé sur plusieurs étapes dans plusieurs villes et régions, pour lesquels nous fournissons nos chasubles connectées. Ceci nous confère une certaine visibilité et des possibilités de signer des contrats avec les centres de foot à 5 où s’effectuent les matchs. Nous avons également signé un partenariat avec une équipe professionnelle de futsal (géré par la FFF) le Acces Futsal Club, pour qui nous développons un produit totalement adapté à cette discipline sportive.
Le match continu…
Nous avons été sollicité par plusieurs clubs de foot à 11, au niveau amateur et semi-professionnel et prévoyons de proposer notre solution à des associations sportives. Nous souhaitons intégrer des circuits amateurs, pour leur permettre de disposer d’un produit de qualité, habituellement réservé à l’élite, à un tarif abordable. L’objectif pour ces clubs est de permettre à leurs joueurs de disposer d’un outil leur permettant de se jauger, d’évaluer leur performance de manière quotidienne, de comparer leurs résultats avec leurs partenaires et de s’améliorer.
Vers d’autres sports ?
L’avantage de notre produit est qu’il peut aisément s’adapter à tout type de sport collectif tel que le handball, le basketball, le volleyball, le rugby… pour les équipes masculines ou féminines. Autant dire que nous avons de grandes perspectives d’évolution et que nous ne manquons pas d’ambitions pour réaliser les objectifs que nous nous sommes fixés…

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet http://www.data5.fr 

Source : Portrait by Convergence Entrepreneurs